Mais comment ces microbes contaminent nos aliments ?

 

Vous avez sûrement déjà entendu parler de microbes

On dit qu’ils sont partout ! Dans l’air, sur nos oreillers, sur la nourriture, et même sur nous !

Le pire, c’est qu’ils sont tellement petits qu’on ne les voit pas.

« Mais est-ce qu’il faut vraiment en avoir peur ? 
Et puis d’ailleurs, c’est quoi au juste, un microbe ? »

 

paquet hygiène, règlements, règlement, réglementation, européen, hygiène, aliment, sécurité, alimentaire, restaurant, restauration, bar, brasserie, snack, ferme-auberge, pizzeria, restaurant traditionnel, crêperie, café-brasserie, noce, banquet, traiteur, formation, remise direct, restauration touristique, 852/2004, 853/2004, 178/2002

Moi, je suis un bon microbe !

 

Les microbes, qu’est-ce que c’est ?

Les microbes sont en fait ce qu’on appelle des micro-organismes.

Ce sont des organismes vivants microscopiques, c’est-à-dire qu’on ne peut les observer qu’à l’aide d’un microscope.

Il y a trois grandes familles de microbes et un cas particulier :

  • les levures et les champignons,
  • les bactéries,
  • les virus,
  • les prions (qui font partie des agents transmissibles non conventionnels).

Et si vous ne pouvez pas voir ces virus, c’est parce que l’œil humain ne peut pas distinguer les choses qui mesurent moins de 0,1mm. Tous ces micro-organismes sont donc invisibles à l’œil nu, car ils sont 100 à 10 000 fois plus petits qu’un grain de sable !

Pourtant, si on ne voit pas les microbes, ils sont présents partout dans l’environnement : dans l’air, dans le sol et dans l’eau, mais aussi sur les aliments et sur les êtres vivants.

 

Propres à la consommation ?

Comment est-ce que ça se fait que les aliments soient considérés comme « propres à la consommation » alors que notre environnement est totalement contaminé ?

Prenons un exemple, notre peau est recouverte par ce qu’on appelle la flore cutanée : c’est un ensemble de micro-organismes qui peuplent notre peau et qui est présente dès notre naissance. On en compte près de 50 millions sur 6.5 cm² de peau !

Et comme vous le savez, les micro-organismes : bactéries, virus, microbes … sont présents partout tout autour de nous et sur nous, et pourtant nous restons en bonne santé (sauf cas particuliers, que je traiterai dans un autre article).

Et oui, c’est bien cela, vous l’aurez compris !

 

Il existe de multiples barrières naturelles qui nous protègent contre ces micro-organismes et il en est de même pour nos denrées alimentaires.

Les barrières naturelles chez l’Homme sont :

  • La peau imperméable, elle empêche la pénétration de multiples micro-organismes grâce à son épaisseur, son renouvellement constant et sa présence de bactéries amies non pathogènes. La présence de bactéries amies sur la peau empêche l’installation de bactéries pathogènes.
  • Certaines glandes produisent des sécrétions acides qui détruisent les micro-organismes. C’est la fonction de la sueur, des larmes ou de la salive par exemple.
  • Les muqueuses sont équipées de cils vibratiles qui par leurs mouvements repoussent et rejettent les micro-organismes vers l’extérieur et les empêchent de pénétrer à l’intérieur des voies respiratoires et intestinales.

 

Il est évident que les animaux possèdent aussi ces barrières naturelles et ceci tant qu’ils sont vivants et en bonne santé. Ces barrières sont leurs défenses naturelles contre les microbes.

Les fruits et légumes disposent également d’une barrière naturelle, mais contrairement aux animaux, elle est unique. La barrière est sa « peau » comme pour l’orange ou la pomme !

Cependant, une fois que l’animal ou le végétal est mort (arrachés de la terre ou du plant) ils se décomposent car ils ne se défendent plus. Par conséquent, leurs défenses naturelles deviennent inefficaces.

 

Microorganismes dans les aliments frais ?

Mais, comment ces micro-organismes se retrouvent donc dans nos aliments frais, alors ?

Premièrement, les abattoirs se doivent de refuser tous animaux malades. Vous comprenez bien que là, le microbe est déjà présent !

Deuxièmement, les denrées alimentaires ne pouvant plus se défendre naturellement contre les micro-organismes et par le fait que notre environnement soit « saturé » par ces petites bêtes, il est tout naturel  qu’ils finissent par trouver de la nourriture et se nourrir !

Troisièmement, la manipulation et le stockage des denrées alimentaires ont un impact significatif sur leur conservation.

 

A vous de jouer !

Quel est l’endroit, selon vous, où il n’y a pas de microbes ?

Réfléchissez bien…. C’est une question très difficile 😉

 

Crédit photos : © Fotolia.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires

  • Bonjour,
    Merci pour ton article…. nous ne sommes pas toujours très prudents avec nos aliments.
    Nos défenses naturelles ne font pas malheureusement tout…

    • Bonjour Marie et bienvenue sur le site,

      Effectivement nos défenses naturelles ne font pas tout quand on est une personne à « risque ». Je m’explique.

      Les personnes à « risque » sont toutes les personnes qui ont une baisse des défenses immunitaires, pour diverses raisons (coup de fatigue, de froid, ou maladie comme le sida), ou les femmes enceintes, ou les jeunes enfants et pour finir les personnes âgées. C’est pourquoi, il est très important de bien faire attention à l’hygiène dans nos cuisines quand nous faisons à manger (que ce soit pour nous, soit pour nos invités, soit pour nos clients).

      Peut-être un article sur ce point 😉

  • Bonjour,

    Je pense qu’il y a une confusion sur le terme barrière que vous évoquez avec ses différents qualificatifs. Par exemple, quand vous dites que les fruits ont une barrière naturelle, malheureusement cettbarrière ne protège pas contre des contamination de surface de la peau, tomates, oranges pour parler des contamination par Salmonella ou plus récemment de smillons cantaloups par Listeria …
    Cordialement

    Albert Amgar

    • Bonjour et très heureuse de vous voir sur mon blog ;-),

      Le terme de barrière que j’utilise ici, je l’emploie pour les denrées alimentaires quand ils sont encore vivants. Comme pour nous où la peau (s’il n’y a pas de plaie) nous protège contre les microbes car ils ne peuvent pas pénétrer dans nos chairs. C’est donc une barrière naturelle.

      Par contre, si l’on change notre point de vue, effectivement les légumes/fruits et notre peau contiennent de nombreux microbes qui contaminent les surfaces de travail.

      Ai-je bien compris votre remarque ?

  • Bonsoir!

    Une viande d’ongulé réfrigérée au départ et congelée accidentellement lors du transport (température -15°) par de la carboglace.

    Cette même viande remis dans le circuit pour la vente en viande réfrigérée, sachant que le consommateur arrivé chez lui peut recongeler, cette viande non cuite s’il n’utilise pas tout.

    Quels sont les dangers auxquels le consommateur est confronté?

    Merci de votre réponse.

  • Comment une viande réfrigérée peut-elle être congelée accidentellement ????
    Est-ce que dans l’accident, le carboglace n’a pas été utilisé avec d’autres produits non comestibles ?

    Congeler un produit puis le décongeler, cela va entrainer une exsudation qui va être très favorable aux micro-organismes présents !! (Car le froid ne TUE PAS les germes).

    C’est pourquoi, il est interdit de recongeler un produit, car c’est une bombe a retardement !!!

    Le consommateur peut tombé gravement malade (TIAC) en fonction du germe qui se sera développé.

    Dans tous les cas, il doit être mentionné aux clients que la viande a déjà été congelée et qu’elle ne peut donc pas l’être une deuxième fois !!! 😕