Est-ce que fabriquer des pâtisseries végétaliennes sans diplôme vous fait peur ?

Il est vrai que je vois de plus en plus de produits alimentaires destinés aux végétaliens.

Attention, végétarien et végétalien sont 2 pratiques alimentaires différentes. En effet, le végétalisme, comme le régime végétarien, exclut toutes les chairs animale ainsi que les produits dérivés des animaux (gélatine, miel, œufs, crème…).

Or, Valérie m’a posé une question qui m’a laissée perplexe.

Voyez donc par vous-même.

Les produits végéraliens nommés Vegan

« Je suis un produit VEGAN »
(c) Les myrtilles et Go Vegan

 

Valérie souhaite savoir si elle peut préparer et vendre des pâtisseries végétaliennes (sans aucun produit laitier et sans œufs), en sachant qu’elle ne possède aucun diplôme en pâtisserie, ni dans la restauration.

Ses pâtisseries végétaliennes seront fabriquées à partir de tofu soyeux (soja) ou crème de soja lacto-fermentée, yaourts de soja.

Elle souhaite donc savoir si elle peut faire ces pâtisseries sachant qu’elle n’a pas de diplôme, ni en pâtisserie ni en cuisine.

 

Les pâtisseries végétaliennes

Il faut savoir qu’on entend par professionnels de la pâtisserie, les personnes qui pratiquent toutes les opérations en vue de préparer, d’élaborer, de fabriquer, de livrer et de servir à la consommation, principalement au détail, les différents articles résultant de la transformation, dans leurs laboratoires, des matières premières usuelles et produits annexes.

Par les articles de pâtisserie, sont visés les produits sucrés, semi-sucrés et/ou salés fabriqués par ces professionnels.

Les risques sanitaires proviennent de :

  • les produits utilisant des denrées alimentaires d’origine animale (comme le lait, œuf, beurre, miel…) sont des milieux favorables pour le développement de diverses bactéries, qui peuvent être dangereuses pour la santé humaine,
  • les fruits sont aussi dangereux car ils peuvent être contaminés par des levures, moisissures et de la flore lactique.

 

Mais est-ce que les produits alimentaires d’origine végétale sont aussi dangereux ?

Il est vrai que l’arrêté du 8 octobre 2013, distingue les denrées alimentaires périssables des denrées alimentaires très périssables. Voici les définitions :

« Denrée alimentaire périssable » : toute denrée alimentaire qui peut devenir dangereuse, notamment du fait de son instabilité microbiologique, lorsque la température de conservation n’est pas maîtrisée.

« Denrée alimentaire très périssable » : toute denrée alimentaire périssable qui peut devenir rapidement dangereuse, notamment du fait de son instabilité microbiologique, lorsque la température de conservation n’est pas maîtrisée. Comme par exemple : les sojas germés (car très riche en protéines), …

 

Cependant, est-ce que cela permet de faire des pâtisseries végétaliennes sans formation.

Dans la définition rien ne permet de dire que l’on fait une différence entre les différents types de produits alimentaires origine animale et ceux d’origine végétale.

Je partirais du principe qu’il vous faudrait un diplôme en pâtisserie si vous faites de la pâtisserie fraîche, sinon une formation en hygiène alimentaire pour la pâtisserie dite sèche.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

J’ai prévu de faire un article supplémentaire dans 15 jours dans lequel je reprendrai les diverses suggestions faites en commentaires.

Pensez-vous qu’il faille un diplôme de pâtisserie pour produire et vendre des pâtisseries fraîches créées qu’avec des produits végétaliens ?

Toutes les réponses données seront publiées avec un lien vers le blog ou site de l’auteur de l’idée 😉 donc n’oubliez pas de le noter dans l’URL du site.

À vous de jouer 😉

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

12 commentaires

  • Administrativement parlant (et vous savez que je déteste l’administration), oui, je pense qu’il faudrait avoir un diplôme pour faire de la pâtisserie, quelle qu’elle soit.
    Bon, ça, c’est la réponse « parapluie » : s’il y a un pépin, on est couvert…

    Humainement parlant, pratiquement parlant, sachant que mon diplôme me permet de faire de la pâtisserie, et que je n’en fais pas parce que non seulement ce n’est pas ma tasse de thé (sa fabrication, pas sa dégustation), mais qu’en outre je suis (presque) nul en pâtisserie, … et sachant que je connais des gens qui ne possèdent pas de diplômes les autorisant à pâtisser mais qui fabriquent des gâteaux dix fois plus réussis que les miens, … je me de dis que ce fichu papier (un diplôme) ne sert jamais qu’à « protéger » administrativement parlant, ou juridiquement parlant, la profession.
    Mais ce diplôme ne va pas le moins du monde protéger le consommateur contre la maladresse et l’incompétence du pâtissier théoriquement diplômé mais qui travaille comme un pied…

    Un jour que je disais en d’autres lieux que je pensais que les diplômes ne servaient pas nécessairement à grand chose, et que l’expérience valait – à mon sens – tous les diplômes du monde, un interlocuteur m’a fait remarquer que si je devais partir en vacances en autocar, je préférerais certainement partir avec, au volant, un chauffeur qui a le permis, qu’un chauffeur qui conduit, même depuis vingt ans, sans permis…
    Ha oui ?
    Il se fait que je possède un permis D (autocar) depuis vingt-huit ou vingt-neuf ans (+/- 1985-1986, me rappelle plus, et il est dans ma voiture : je n’irai pas le chercher pour vérifier la date). J’ai donc un papier officiel me disant que j’ai les capacités légales pour conduire un autocar. En théorie. Sauf que – excepté pour passer l’examen vers le milieu des années quatre-vingts – je n’ai plus jamais conduit un autocar par la suite ! Vous préféreriez que ce soit moi qui conduise votre autocar, sachant que ça fait plus d’un quart de siècle que je n’en ai plus conduit ?
    Bizarre, le gars ne m’a pas répondu…

    Bref, Valérie n’est peut-être pas diplômée en cuisine ou en pâtisserie, mais peut-être (sûrement) que ses gâteaux seront meilleurs que les miens, parce que c’est sa passion … malheureusement, légalement, administrativement, elle ne peut vraisemblablement pas en vendre…

    Pour terminer, une simple phrase : rappelez-vous que ce sont des amateurs qui ont construit l’arche de Noé, et des professionnels qui ont construit le Titanic !
    « Amateur », du latin « amare » = aimer ! « Amateur » = quelqu’un qui aime ce qu’il fait, et généralement, il le fait bien !
    Bonne nuit, tout le monde… 😉

    • Bonjour Eric,
      J’ADORE ton argumentaire…merci Eric de nous avoir partagé ton point de vu !
      Comme quoi, moi qui n’aie pas de diplôme en web (HTML, CSS, PHP, base de données), je trouve que je m’en tire très bien avec mon blog et site de formation 😉
      Et j’approuve que généralement les autoditactes travaillent bien mieux que les pro… car la passion ça n’a pas de prix.

    • J’aime cette réponse très pertinente 😉 pour moi c’est ce qui est fait AVEC LE COEUR qui est le meilleur ! Ce diplôme nous l’avons tous encore faut-il le RESSENTIR ! 🙂

  • Bonjour, C’est la première fois que je commente ici, mais pour recevoir la newsletter, votre site est génial, merci de toutes ces précieuses infos!

    Ce sujet tombe A PIC! En effet, je suis une jeune pâtissière diplômée ( cap pâtisserie) et surtout je suis végétalienne. Je suis actuellement entrain de rassembler toutes les infos nécessaires à la création de mon entreprise.Je souhaiterai vendre sur les marchés mes petites pâtisseries vegans.

    Mais qui dit pâtisserie dit hygiène, encore et toujours^^
    Pensez vous qu’aménager un laboratoire, au normes, chez soi, dans sa cuisine soit plus facile en vu de faire de la pâtisserie vegan?
    Pour le transport des marchandises ( exemple: un gateau avec glaçage à base de margarine, creme d’amande, lait de riz, lait de soja?) faudra t’il un container spécial?
    Pour vendre les pâtisseries sur le marché, faudra t-il un présentoir réfrigéré?

    Je ne sais pas si vous pourrez répondre à ces questions ( auxquelles je ne trouve pas de réponse).

    Pour répondre à ce post, je pense qu’il est plus prudent d’avoir un diplôme, mais je connais une pâtisserie vegan où la pâtissière à juste une formation en hygiène ( il me semble).
    😉

    • Bonjour, à propos d’hygiène;

      Je suis jamais malade quand je vais manger chez des gens, amis et autres.
      Je suis jamais malade quand je vais manger chez des passionnés de cuisine.
      Et très rarement déçu (et jamais malade) quand j’achète des produits fait au noir…par des particuliers locaux.

      Par contre; bizarre le nombre de maladies liées à l’industrie de la bouffe pourtant  »aux normes de l’hygiène »…que dire de pas mal de rades ‘pilotés par des pros’ dont l’état de leurs cuisines et mêmes de leurs plats laissent franchement à désirer…

      Bref, normes pour protéger les métiers…et empêcher les gens de tourner en rond.
      Le tout sous couvert de sécurité…

    • Salut Veganpo, as-tu des nouvelles concernant tes démarches de créer des pâtisseries végétalienne sans le CAP?

      Ou quelqu’un d’autre?

      Merci d’avance

    • Salut Veganpo,
      Je peux te proposer un lieu où tu pourras commencer à vendres tes pâtisseries une fois par mois (village vegan) pour commencer à tester tes produits. L’emplacement est gratuit, car je vais cesser cette activité.
      Tiens moi au courant au plus vite.
      Olivier

    • (Je pourrai participer avec toi à la première vente pour t’accompagner si tu le souhaites)

    • Bonjour,
      je monte un projet du même type. Avez-vous avancé dans vos démarches ? pourrions nous nous mettre en relation ?

      • Bonjour Cassandra, je réfléchis moi aussi à lancer ce type de projet. Je suis intéressée pour que nous échangions sur nos démarches si tu le souhaites.

    • Bonjour Veganpo,

      Je pense me réorienter vers la pâtisserie après avoir commencer des études dans la traduction et m’être rendue compte que ça n’était pas pour moi. Mon but ultime serait d’ouvrir un salon de thé, et je suis végétalienne, je proposerais donc des pâtisseries vegan. Pour cela je dois faire un CAP Pâtisserie, comme toi, mais du coup je me demandais, ça n’a pas été trop compliqué de faire ce CAP sachant que toutes les réalisations sont « traditionnelles » faites avec des produits d’origine animale ? Le métier de pâtissier nécessite de goûter les desserts que l’on réalise, donc comment as-tu gérer cet écart ?

      Merci d’avance pour ta réponse 🙂