Pourquoi les yaourts consommés bien après leur DLUO ne vous rendront JAMAIS malade ?

Comment un yaourt nature consommé plus d’un mois après sa DLUO ne vous rendra JAMAIS malade ?

C’est-à-dire pas de toxi-infection, pas de diarrhée, pas de nausée, RIEN !

Bonnes pratiques d’hygiène, lavage des mains, service hygiène, yaourt, durée de conservation, TIAC, intoxication alimentaire, infection alimentaire,

mmmhhh…. Trop bon ce vieux yaourt !

 

Et bien tout réside dans la fabrication du yaourt.

 

Fabrication du yaourt

Vous savez que les yaourts sont des produits alimentaires fermentés.

La fermentation : c’est

une réaction biochimique de conversion de l’énergie chimique contenue dans une source de carbone (souvent du glucose) en une autre forme d’énergie directement utilisable par la cellule en l’absence de dioxygène (milieu anaérobie).  Comme le disait Louis Pasteur, « la fermentation, c’est la vie sans l’air.  (Wikipédia)

 

Les micro-organismes

Cette fermentation est réalisée par des micro-organismes directement dans les produits alimentaires.

Ces produits alimentaires fermentés ainsi obtenus sont le pain, les boissons fermentées (telles que le vin, la bière ou le cidre) ou les laits fermentés (tels que les fromages ou les yaourts).

Bref, ces micro-organismes, généralement des bactéries et des levures, vont faire apparaître des molécules inhibitrices.

 

Molécules inhibitrices des yaourts

Ces molécules inhibitrices vont ralentir voire empêcher la croissance d’autres germes comme les germes d’altérations voire pathogènes.

En effet, les bactéries du yaourt vont acidifier le milieu. Cette acidification est obtenue grâce aux molécules d’acides (organiques) que les bactéries ont produites.

Comme vous le savez, les germes pathogènes N’aiment PAS les milieux acides. Ils n’arrivent pas à se développer, voire ils  vont finir par mourir dans un tel milieu.

Par conséquent, plus le milieu est acide et moins il comportera de germes pathogènes.

Vu que les yaourts sont des produits alimentaires vivants, c’est-à-dire qu’ils continuent d’avoir des réactions de fermentation, ils vont permettre d’obtenir un milieu de plus en plus acide.

 

Voilà… si vous ne re-contaminez pas un yaourt nature alors vous pourrez le consommer bien après sa DLUO sans aucun risque pour vous, tout en faisant des économies et en évitant le gaspillage !

Ensuite, oui, il a peut-être perdu une partie de ses qualités gustatives mais tout est une question de goût 😉 Personnellement, j’aime ces vieux yaourts natures, pas vous ?

 

 

 

Bienvenue à nouveau sur le blog Hygiène des Denrées Alimentaires !
Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute vous inscrire au Flux RSS ! 😉.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 commentaires

    • hé oui… je les avais oubliés !
      Et dire que je faisais tout le temps des gâteaux au yaourt quand j’étais petite 🙂
      Ah… que de souvenirs

    • Bonsoir Albert,

      Contente de vous voir sur le blog 😉

      Les yaourts sont tous, maintenant, fabriqués à partir de lait pasteurisé, donc aucun pathogène ne s’y développe.

      Il est vrai que les yaourts avec des fruits à l’intérieur doivent être surveillés plus attentivement.

      L’industriel doit procéder à la cuisson des fruits pour éliminer d’éventuels germes pathogènes. Ensuite, il les incorpore au pré-yaourt avant fermentation de ce dernier, en respectant les bonnes pratiques d’hygiène 🙂

      Dans le cas du yaourt à la noisette, sur le document, il est mentionné que :

      le traitement de conservation était insuffisant pour détruire Cl. spores botuliques.

      L’industriel a mal bossé ! Je comprends ce que vous voulez me dire.

      C’est vrai qu’on ne sait jamais…dans le cas des yaourts avec des fruits, ou des noisettes, dedans.
      Mais pour les yaourts nature, pour sûr, on ne tombera jamais malade !

      A+

      • Un yaourt s’entend « élaboré à l’aide de deux souches bacteriennes S. thermophilus et L.bacillus bulgaricus » les autres « yaourts » (L.casei…)sont des probiotiques ou spécialités laitières . Seuls les vrais sont à considérer sans risque (pour peu que le risque 0 existe) et qu’il n’y ait pas eu de probleme dans la chaine de production.
        Par contre c’est une DLC et non une DLUO pour les yaourts. donc à retirer des chambres froides si périmés. chez soi on est encore libre!

    • Bonjour Bernard,

      Génial l’article, il est super interessant après traduction 🙂

      Le site me semble bourré d’informations très pertinentes. Merci d’avoir partagé ce site avec nous 😉

      Vrine

      • Bonjour,

        Merci,

        Site en italien certes, mais qui mérite que l’on s’y abonne…

        Son approche généraliste permet d’avoir un regard global sur « le fait alimentaire » et sur ce qu’il se passe dans la péninsule, mais aussi en Europe.

        Amicalement,
        Bernard.
        L »Esprit libre Conseil

  • Et qu’en est t il des formes sporulées? L’acidité permet elle de les inhiber? Car la pasteurisation et même les barèmes assez drastiques mis en oeuvre dans la fabrication des yaourts ne permet pas de les éliminer totalement!

    • Bonjour Rachel,

      Helàs, l’acidité ne permet pas d’inhiber les formes sporulées des bactéries. En effet, L
      les spores résistent aux agents physiques, aux agents chimiques, aux médicaments. Les spores sont très difficiles à détruire.D’où l’importance de travailler dans de bonnes conditions d’hygiène pour éviter en amont toute contamination.

      Dans tous les cas, il faut savoir que si la matière première est dès le départ très contanimer, il est impossible de tout supprimer sans détruire aussi la denrée alimentaire !