Connaissez-vous la différence entre “Sécurité des denrées alimentaires” et “Fraude Alimentaire” ?

Connaissez-vous la différence entre ces 2 termes !

Il existe une différence entre fraude alimentaire et sécurité alimentaire

Quoi, il y a une différence !?! Il va falloir que je regarde cela d’un peu plus près !

Je peux vous dire que certains journalistes, eux, ne la connaissent pas ou ils font un drôle d’amalgame !

La sécurité des denrées alimentaires n’entraine pas forcément une fraude alimentaire et une fraude alimentaire n’entraine pas non plus systématiquement un problème de sécurité des denrées alimentaires. Je m’explique.

Prenons le dernier cas qui a fait la une des médias ces derniers temps. Ce cas est posé comme étant un problème de sécurité des denrées alimentaires, selon les auteurs des reportages que j’ai pu voir à la télé…alors qu’il n’en est rien !

L’affaire de la viande de cheval

Cette affaire est l’affaire de la viande de cheval dans les plats préparés à base de bœuf…. Vous voyez, n’est-ce pas ?

Et bien, où y-a-t-il un problème de sécurité des denrées alimentaires dans cette affaire ? Comme cela a été énoncé par les reporters !

Le contexte

La viande de cheval, ici, a correctement suivi les BPH et le plan HACCP mis en place par les diverses entreprises.

De plus, les agents du service public chargés des contrôles ont même pu retrouver la trace de cette viande grâce à la traçabilité. Pour vous dire que le problème n’est pas de l’ordre de la sécurité des denrées alimentaires.

Le business des entreprises, dans ce cas particulier, est de se faire de l’argent, beaucoup d’argent en remplaçant un produit par un autre moins cher ! Ils veulent a tout pris éviter de tuer leur client ! Déjà pour pouvoir continuer leur activité très lucrative et d’autre part pour éviter d’attirer l’attention sur eux !! Bien au contraire, ils vont même être à un haut niveau d’hygiène et de sécurité des denrées alimentaires. Leurs produits sont « salubres » pour les consommateurs.

Non, la véritable expression à utiliser dans ce cas, c’est la FRAUDE alimentaire. Oui, là, ils ont falsifié les documents ! Pas la traçabilité, non…juste la nature de la viande. Au lieu d’avoir noté viande de cheval, ils ont remplacé le mot « cheval » par « bœuf ».

D’ailleurs, les inspecteurs de la DDPP ont pu retrouver l’origine de la viande !

Par conséquent, soyez précis et juste, attention aux termes que vous utilisez…

Utilisez les bons mots pour les bons faits !

Voilà, un petit coup de gueule !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
DOUNIES
DOUNIES
7 années

Tout à fait d’accord. De plus nous pouvons nous servir de ce cas pour inciter nos professionnels à la traçabilité ( étiquettes, fournisseurs, durée de vie des produits) : Sans la traçabilité exigée par Bruxelles, nous serions encore en train de montrer du doigt le fournisseur roumain ( forcément coupable, du fait du retard de ces pays là !!!!), alors que la fraude vient en aval.
Sans traçabilité, aucune défense en cas de problèmes.

Jean-Luc GABY
Jean-Luc GABY
7 années

“Utiliser les bons mots pour les bons faits”, vous avez raison Séverine, c’est pour cela qu’il ne faut pas confondre “sécurité alimentaire” et “sécurité des aliments servis”. en effet, la sécurité alimentaire désigne la sécurité des approvisionnements en matière quantitative et qualitative, alors que souvent dans le langage courant, ce terme est utilisé pour désigner l’innocuité des aliments, c’est à dire l’assurance que les aliments servis ne causeront pas de dommage au consommateur quand ils sont préparés et/ou consommés conformément à l’usage auquel ils sont destinés, définition de la sécurité des aliments. CQFD

Éric G. Delfosse ☼
7 années

Heuuu, oui, mais … non…
Parce qu’il me semble que certains chevaux n’étaient peut-être pas si sains que ça…
Il a quand même été plusieurs fois question, dans cette affaire, de chevaux qui avaient été shootés au phénylbutazone (donc théoriquement impropres à la consommation) avant d’être transformés en “viande bonne à manger”.
Bon, ok, dans la pratique, je crois me rappeler que très peu de cette viande “bovine-équestre” avait été réellement contaminée par cet anti-inflammatoire, et donc, que nous n’avions pas réellement été en grand danger, mais n’empêche qu’il a bel et bien été question d’une fraude ET d’une entorse à la sécurité…
Bon appétit quand même !

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x