Découvrez comment vous pouvez obtenir de l’air sain dans votre cuisine

Aujourd’hui, j’ai reçu une interrogation d’un membre du blog sur la hotte professionnelle dans une cuisine.

Je reprend ici son message.

hotte cuisine pour obtenir une air propre sans fumée ni germes pathogènes

Waouh ! Quelle belle hotte…fonctionne-t-elle bien ?     (c) Site : entretien en VMC

 

Charlotte se demandait :

« Je compte installer un labo dans un local de ma maison pour développer mon activité de traiteur. Concernant les sols, les murs et le matériel, je suis plutôt bien informée mais je m’interroge sur la hotte.

Ai-je l’obligation d’avoir une hotte à extraction dans mon labo ?

J’ai l’impression que oui mais dans ce cas, pourquoi tant de sites de matériel pro proposent également des hottes à induction ? »

Je ne suis pas spécialiste dans les hottes. Mais, comment  obtenir un air sain dans votre cuisine ?

 

La réglementation sanitaire

Cependant, vous êtes, effectivement, obligée d’avoir une hotte.

En effet, la hotte permet de supprimer les fumées (qui peuvent être toxiques), les graisses et la condensation (facteur très favorable pour le développement des germes).

 

Les différentes types de hotte

Les graisses, la chaleur, les odeurs, la vapeur peuvent techniquement se traiter de différentes façons selon leurs quantités émises.

Pour cela, il existe :

  • des combinaisons de filtres mécaniques,
  • de filtres à charbon,
  • de filtres électrostatiques,
  • de systèmes de condensation,
  • des climatiseurs : si on n’a pas d’évacuation extérieure.

 

Le cas de la ventilation forcée

Évidement, la ventilation forcée vers l’extérieur (qui est la plus répandue) est probablement la moins contraignante à l’usage (quoique, peut être aussi énergivore par l’air climatisé absorbé et évacué dans des projets mal équilibrés).

La ventilation forcée vers l’extérieur nécessite idéalement de nombreux calculs pour un projet de qualité.

Par exemple, il faut un apport d’air extérieur frais de 80% de l’air évacué. De plus, la taille du local ou le fait que la hotte soit murale ou centrale ont également une incidence sur les performances de la hotte.

 

Importance d’une bonne étude

Une mauvaise hotte créée des courants d’air inutiles en aspirant par exemple toute la chaleur et l’air polluée de la salle de consommation. Du coup, on a du mal à ouvrir ou fermer certaines portes. De plus, les cuisiniers deviennent fragiles et malades à cause des courants d’air.

Inversement, la cuisine est vite toute grasse et trop chaude avec une hotte trop bruyant.

 

Bref, l’installation d’une hotte est une véritable étude à réaliser, qui est d’autant plus importante car obligatoire !

Et vous, comment avez-vous réussi à appliquer cette obligation chez vous…toujours avoir de l’air propre ?

Répondez dans les commentaires ci-dessous 😉

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires

      • Très bon site, des études d’installations intéressantes, beaucoup d’approches fonctionnelles des équipements (pratique en cours!) mais attention pour tout ce qui est règlements et lois, certains textes cités sont spécifiques pour la Belgique.

  • Aujourd’hui la réglementation est très précise et effectivement comme vous pourrez le lire dans l’article ci-dessous :

    « Le flux de compensation assure l’introduction d’air neuf prétraité (18 °C) »

    «  »Traitement de l’air en cuisine collective

    •Flux d’air d’induction :
    Le système d’induction consiste à introduire un certain volume d’air (généralement compris en 5 et 20 % du débit d’extraction) au niveau du plénum situé au nez de la hotte .
    Ce volume d’air, qui va être éjecté à haute vitesse (8 m/s) au travers d’orifices présents sur toute la longueur de la hotte, va provoquer 2 phénomènes :

    Le premier : un entraînement du volume d’air présent à proximité de la hotte
     Le deuxième : le rabattage de la chaleur et des polluants vers les filtres.

    Ces 2 actions permettent de faciliter la captation et de diminuer ainsi la quantité d’air nécessaire à l’évacuation de l’air vicié.

    Le système d’induction à donc pour but: d’améliorer l’efficacité de la hotte afin de réduire (de 15 à 40 % suivant le process) les débits d’extraction mis en œuvre avec une hotte traditionnelle.

    ● Flux d’air de compensation :
    Le flux de compensation assure l’introduction d’air neuf prétraité (18 °C) pour compenser, en totalité ou en partie, l’extraction, et ce au plus près de la zone utile.
    L’air neuf est ainsi soufflé à basse vitesse (vitesse entre 0,25 et 0,5 m/s) par le panneau frontal de la hotte au travers d’une tôle perforée de grande section.

    Ces éléments nous montrent qu’une étude en ingénierie des flux est nécessaire

    Bon courage

    Alain DOUZET