Interview#09 – Et vous, est-ce que vous auriez pu vous former avec autant de conviction que…

Jean-Paul fait partie de la fonction publique d’Etat, il a commencé sa carrière au sein d’exploitations agricoles, pour travailler ensuite dans le service de la qualité et sécurité sanitaire des aliments dans la direction départementale de la protection des populations (ex-services vétérinaires et ex- service de la répression des fraudes).

Je vous laisse maintenant découvrir son parcours et comment il exerce ses missions d’inspection d’unités de restauration collective et de remise directe aux consommateurs (notamment restauration commerciale).

Inspection sanitaire, DDPP, restaurant

©-jovica-antoski Fotolia.com

 

 

 

 

 

Pouvez-vous vous présenter rapidement (parcours, job, pourquoi votre choix dans ce métier) ?

Jean-Paul : Avec un niveau de technicien supérieur en agriculture, j’ai d’abord exercé des fonctions au sein d’exploitations agricoles et de sociétés de vente de produits agricoles spécialisées en alimentation animale.

Ensuite, grâce à un concours dans la fonction publique territoriale, j’ai pu, par mise à disposition, exercer des fonctions dans un service de protection et de santé animale dans une direction des services vétérinaires, puis, par demande de ma hiérarchie, en responsabilité de gestion du personnel et du budget dans cette même administration.

Ensuite, j’ai effectué dans cette même administration d’Etat une nouvelle reconversion en intégrant un service d’hygiène alimentaire avec formation interne sous forme de tutorat, avec en appui de nombreux stages en perfectionnement dans ces nouvelles missions et également par formation personnelle.

 

Je vais être un peu curieuse !! Comment s’est passé votre concours ? Comment l’avez-vous préparé, les épreuves et bien sûr l’oral ?

La sélection s’est effectuée d’abord sur titres et sur références liées au parcours scolaire et professionnel. Ensuite, le choix définitif a été effectué après passage devant un jury d’experts.

J’ai préparé ce concours avec assiduité et conviction en étudiant l’ensemble des domaines liés à la santé et à la protection animale ainsi qu’à l’hygiène alimentaire.

 

Merci pour ces précisions, car je sais que quelques lecteurs du blog souhaitent passer des concours justement en relation avec l’hygiène des aliments. Cela leur apportera de nouvelles pistes 😉

Ensuite, comment se passent vos missions au sein de la fonction publique d’Etat ?

Mes fonctions sont basées sur des missions d’inspection d’unités de restauration dans le domaine de la restauration collective en grande majorité (cuisines centrales agréées, cuisines  en  dérogation  à l’agrément,  cuisines autonomes, cuisines satellites c’est-à-dire dont les repas proviennent de cuisines centrales) mais également dans le domaine de la remise directe, et plus principalement la restauration commerciale (suites de plaintes, lors d’opérations vacances en juillet et août, lors d’opérations de fêtes de fin d’année, lors d’opérations spécifiques, lors de manifestations sportives internationales : coupe du monde de rugby, jeux olympiques de Londres par exemple).

 

Vous avez donc beaucoup de boulot !!

Et, quel est votre rôle par rapport à l’hygiène alimentaire pour les restaurants traditionnels ?

Par ma mission de service public, mon rôle est avant tout d’assurer la protection de la santé des consommateurs….je suis donc amené à effectuer plusieurs fois par semaine des inspections dans des restaurants ou toutes activités de remise directe aux consommateurs, en général en binôme avec des collègues « ex- services vétérinaires » et/ou « ex-fraudes ».

En effet, dans le cadre de la réforme de l’Etat ayant pris effet au 1er janvier 2010, les 2 services « DDSV : Direction Départementale des Services Vétérinaires » et « DDCCRF : Direction Départementale de la Consommation, de la Concurrence de la Répression des Fraudes » ont été regroupées pour former la Direction Départementale de la Protection des Populations (et de cohésion sociale pour certains départements).

Dans le service de la Qualité et de la Sécurité Sanitaire des Aliments, cette fusion des services permet ainsi lors d’une visite commune d’effectuer un contrôle de l’hygiène des établissements et également dans d’autres domaines, par exemple des tarifs pratiqués, l’affichage de l’origine de la viande bovine, la conformité entre les menus affichés et les denrées proposées…

 

Comment les aidez-vous ? Qu’est-ce que vous leurs conseilleriez ?

Ma mission, consistant à inspecter ces établissements, ne m’autorise pas  à  effectuer une mission de conseil, mais une mission de constat à un instant donné, en général de façon inopinée, et permet indirectement à inciter les professionnels à apporter les mesures correctives aux points de non conformités relevés au cours de l’inspection.

Ces visites d’inspection entraînent la rédaction d’un rapport qui, en fonction de ces constats, peut être adressé  accompagné soit  d’un simple courrier ou en cas de constats  plus graves, transmis accompagné d’ un avertissement, d’une mise en demeure de mettre en place des actions correctives dans le respect d’un délai fixé ou d’une fermeture fixée par arrêté préfectoral. Ces constats peuvent aussi être suivis de procès-verbaux à l’encontre des professionnels concernés.

Par ailleurs, l’obligation d’une formation adaptée aux bonnes pratiques d’hygiène pour les professionnels de la restauration commerciale à compter du 1er octobre 2012 devrait également permettre d’améliorer l’état sanitaire de certains établissements.

 

Des détails essentiels pour tout restaurateur !!

Pour terminer cette interview, quels sont vos projets d’avenir ?

Mes projets d’avenir sont plutôt liés à des projets personnels car dans une année ou un peu plus, je serai amené à faire valoir mes droits à la retraite.

Passionné par mes missions, je n’ai qu’un seul regret : ne pas avoir pu pratiquer ces missions enrichissantes bien avant.

Mes plus beaux souvenirs resteront les améliorations apportées par les professionnels suite aux rapports d’inspection renforçant indirectement la sécurité sanitaire des aliments destinés aux consommateurs.

 

Je vous remercie Jean-Paul pour avoir accepté cette interview. Vous nous avez montré l’importance d’inspecter les établissements de la restauration (commerciale et  collective).

Je vous souhaite de pouvoir continuer à aider les professionnels de la restauration… et pourquoi pas au travers de l’auto-entreprenariat (ce qui est possible même si on est fonctionnaire à la retraite ou pas !).

Encore merci.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.