Interview#15 – Avis aux entrepreneuses qui désirent réussir dans la restauration

Aujourd’hui, mesdames, une interview spécialement pour vous.

J’ai l’honneur de vous présenter Ahmed Bariz, 39 ans, il est conseiller auprès d’Initiatives Plurielles.

 

Pourriez-vous vous présenter rapidement ?

Je suis diplômé d’économie et de gestion. Depuis 1998, j’ai principalement travaillé dans l’accompagnement de porteurs de projets à la création d’entreprise. Depuis 2007,  j’exerce au sein d’une structure dédiée à l’entrepreneuriat au féminin

Je m’intéresse notamment aux problématiques de développement des petites entreprises, de mise en réseau, ainsi que du partage et de la capitalisation d’outils de gestion spécifiques aux TPE (très petites entreprises). 

 

J’ai vu que vous travaillez dans une structure dédiée à l’entrepreneuriat au féminin, c’est bien cela ?

Oui. Aujourd’hui, la population française compte environ 52% de femmes. Les femmes représentent plus de 46% de la population active alors qu’elles représentent moins de 30 % des créateurs d’entreprise.

D’après l’APCE (l’agence pour la création d’Entreprise), il existe aujourd’hui dans le domaine de l’entrepreneuriat féminin, des disparités importantes entre la France et d’autres pays industrialisés comme le Canada ou les Etats-Unis

Face à ce constat, Initiatives Plurielles propose d’accompagner uniquement les femmes  à la création d’entreprise.

 

Que faites- vous exactement ?

Je m’occupe principalement de l’accueil, du conseil, de l’accompagnement et du suivi post-création de femmes qui souhaitent créer leur activité quelque soit la forme juridique (entreprise individuelle, société, association, portage) et quelque soit  le secteur d’activité.

Au sein de cette structure, je coordonne également  la filière restauration  (qui regroupe  notamment les activités dans le domaine de la restauration classique, restauration rapide, salon de thé, traiteur, chef à domicile).

L’objectif de la  filière restauration est de favoriser une mise en réseau sur une même filière d’activité pour créer des synergies et permettre la mutualisation des moyens mais également d’apporter une expertise métier par filière.  Par exemple, nous travaillons beaucoup sur les obligations en matières d’hygiène et de sécurité alimentaire.

 

Pourquoi vous intéressez-vous au blog Hygiène et Sécurité des aliments ?

Dans le cadre de ma mission d’animation de la filière restauration,  votre blog me permet d’une part de renforcer mes connaissances dans le domaine de la sécurité alimentaire et d’autre part de rester en veille sur cette problématique.

Votre blog est par conséquent une ressource  non négligeable.

 

Avez-vous déjà aidé de jeunes entrepreneurs voulant se lancer dans la restauration commerciale ?

Oui, de nombreuses créatrices comme par exemple :

http://www.zocolata.com/ : bar à chocolat et restauration rapide

http://www.lecafecolorie.com/ : café pour enfants

http://www.leontine.fr/ : salon de thé et petite restauration

http://www.toqueetpopote.com/ : activité traiteur

 

Que conseilleriez-vous aux futurs restaurateurs du blog ?

De lire vos articles qui sont très accessibles. En effet, il est très difficile de trouver sur Internet une information simple et fiable.

 

Pensez-vous qu’il soit plus simple de commencer comme auto-entrepreneur ou comme une société (SARL…) dans la restauration commerciale ?

Pour répondre a cette question de façon pertinente, je dirais : tout dépend du type de projet (ambition du projet, montant des investissements, CA prévu, etc..). Il faut donc réaliser une étude de faisabilité pour valider la pertinence d’un statut juridique ou d’un régime fiscal. 

 Mais si je devais vous donner une réponse, je dirais qu’en général dès qu’on s’oriente vers l’ouverture d’un établissement, c’est la forme sociétale qui apparaît plus adaptée. En revanche, pour donner des cours de cuisine à domicile, le régime de l’auto-entrepeneur peut être envisagé.

 

Pour terminer cette interview, quel est votre projet d’avenir ?

Mon projet d’avenir, c’est de reprendre mes études, en parallèle de mon activité bien sûr, pour poursuivre un doctorat en sciences de gestion. Le thème sera notamment sur l’entrepreneuriat. Il se déroulera sur une durée de plus de 5 ans.

 

Oh, très beau projet d’avenir que vous lancez là ! Félicitation 🙂

Je vous souhaite plein de courage et de persévérance 😉 car la recherche c’est beau mais pas si simple que cela.

Merci beaucoup pour cette interview…

Alors, chère lectrice, est-ce que cette interview vous a apporté quelque chose ?

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires