Comment réaliser un bulletin de salaire pour ses employés saisonniers ?

La plaquette éditée par la DIRECCTE des Pays de la Loire synthétise la réglementation applicable aux travailleurs saisonniers employés dans les hôtels, cafés et restaurants.

bulletin de salaire, ministère

 

Les principes relatifs au calcul de la rémunération de ces salariés sont illustrés par des exemples de bulletins de salaire établis selon le statut du salarié

  1. cas d’un salarié mensualisé, nourri 1 ou 2 fois par jour,
  2. cas d’un salarié non mensualisé, nourri 1 ou 2 fois par jour,

les bulletins étant établis à partir d’un exemple de relevé d’heures mensuel.

 

Vous pouvez télécharger le document sur les bulletins de salaire en cliquant ici >>>

 

Avertissement !


Les exemples de bulletins de salaire sont établis sur la base du SMIC au 1er janvier 2012.
Ils seront actualisés prochainement pour tenir compte de la revalorisation du taux du SMIC ou du minimum conventionnel (avenant n°14 du 1er mars 2012 en cours d’extension).

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires

  • Coucou, suis de retour (au milieu d’une période où je me fais discret).

    Suis content, n’ai plus tous ces problèmes de paperasseries ! 😈
    Maintenant, c’est une association qui se charge de toutes la paperasse (en échange de 6,5% de mon chiffre d’affaire)…

    Belle journée ensoleillée !

  • Bonjour Eric,

    Ah parfait :eek:. C’est vrai que la paperasseris me prend aussi beaucoup de temps, surtout les relances ! C’est la pire des étapes 👿

    Pourrais-tu me dire qu’elle est cette association ?

    Merci d’avance 😉

    • Je peux le dire, oui, mais je ne pense pas que ça intéressera la plupart de tes lecteurs (qui sont Français) vu que c’est en Belgique que ça se passe…
      Il s’agit de SMArtBE… 🙂
      Il s’agit d’une « boîte » qui a été créée initialement pour aider les « petits intérimaires du spectacle ». Puis ils ont étendu leur action à tout ce qui était « bien-être » en plus de tout ce qui était « artistes » purs et durs (après tout, ce que je fais, c’est aussi de … l’artisanat).
      Et maintenant, ils ont de nouveau restreint l’accès aux seuls artistes, sauf pour les thérapeutes comme moi qui étaient déjà inscrits chez eux.

      Comment ça marche (des fois qu’un artiste belge serait intéressé) ?
      Exemple…
      J’ai un nouveau RDV imprévu dans une heure.
      Je me connecte sur leur site, j’inscris mon RDV, j’imprime deux feuilles avec le détail, je les signe, je les garde dans mon dossier « papier » et j’en scanne une copie chez SMArtBE.
      Une heure plus tard, je reçois mon client, qui me paie en espèce (35€).
      Quelques jours plus tard, je reçois une facture de SMArtBE (si c’était une « grosse » prestation, SMArtBE se chargerait même d’envoyer les factures et les éventuelles relances aux clients, mais comme dans ce cas, c’est un petit RDV et qu’on me règle en espèce, ils simplifient et m’envoient la facture). Je leur envoie par virement les 35€.
      De ces 35€, ils déduisent leurs 6.5% de frais de fonctionnement (y compris assurance professionnelle, défense en justice, …), mes frais « sociaux » (mutuelle, pension, …), les 21% de TVA et un forfait de 20% pour les impôts. Et ils me versent le reste (environ 17€ de net) sur mon compte professionnel.

      Mais ça doit exister en France aussi, sous une appellation ou une autre…