Interview#20- Laissez moi vous présenter une future entrepreneuse ;-)

Je vous présente Dricelyne que l’on surnomme tous Drice, même si, moi personnellement, je préfère Dricelyne 😉 merci

En fait, Drice est tout juste diplômée dans le monde des analyses des risques liés aux bio-contaminants, mais vous verrez cela quand elle se présentera.

Ce que j’ai aimé dans cette interview c’est sa recherche constante avec pour objectif de pouvoir répondre à cette question :

« Qui maintient l’équilibre entre des germes pathogènes et d’autres inoffensifs ? »

Lisez cette interview pour le savoir 😉

Pourriez-vous vous présenter ?

Bonjour Séverine,

Merci d’avoir accepté de « m’interviewer »

J’ai 27 ans, je suis diplômée depuis 1 an et demi, d’un master 2 en analyse des risques liés aux bio-contaminants dans l’alimentation humaine et animale. Pour faire court, j’ai un master en hygiène et sécurité sanitaire des aliments. J’ai effectué mes études à l’université Paris-Créteil et en partenariat avec ENVA (école nationale des vétérinaires d’Alfortville) et l’AgroParistech.

photo de Drice Berthelot réalisant des analyses microbiologiques, entrepreneuse

(c)2013 Drice Berthelot

 

Pourquoi vous intéressez-vous à l’hygiène alimentaire ?

La microbiologie que j’ai longuement étudiée, a suscité mon intérêt pour l’infiniment petit. Un monde avec lequel nous interagissons, bien qu’invisible à l’œil nu, et qui peut se montrer dévastateur si nous n’en maîtrisons pas certains aspects. De plus, j’aime les bons plats.

Ces deux éléments réunis, associés à ma curiosité, m’ont poussée à me poser une question. : « Qui maintient l’équilibre entre ces 2 mondes ? »

Une question en amenant une autre … Comment être sûre de ce que je mange en dehors de ma maison ? Quels outils sont mis en place ? Quel organisme règlemente tout ça ?

 

Vous êtes donc en recherche d’emploi. Que vous recherchez-vous exactement ?

En effet ! Aujourd’hui mes compétences me permettent de proposer mes services à des cabinets d’audit HS/laboratoire analyses, PME agroalimentaire…

J’ai travaillé 6 mois en tant que stagiaire dans un centre de contrôle qualité. Durant cette période, j’ai appris à être autonome et polyvalente. J’ai d’ailleurs pu :

  • réaliser des prélèvements alimentaires et de surfaces chez différents clients basés en IDF,
  • analyser les résultats, qui ont tous été intégrés dans un rapport d’analyse remis aux clients,
  • proposer, « à mes clients », des plans d’actions correctives pour leur permettre d’être rapidement opérationnels,
  • d’ailleurs, j’ai pu créer et leur proposer des supports de formation pédagogique et ludique.

Au sein de cette entreprise, j’ai mis à contribution ma force de proposition pour faire avancer des projets de développement interne.

 

Comme quoi, par exemple ?

  • Support de formation sur les BPH pour un gros compte de la restauration rapide avec qcm de validation ;
  • amélioration des fiches plan d’action correctives ;
  • amélioration de la procédure de gestion des alertes ;
  • réalisation, numérisation d’un questionnaire de satisfaction client, en vu d’être traité statistiquement.

Une expérience vraiment enrichissante car j’ai pu cerner certaines problématiques liées à l’hygiène et la mise en place des BPH en restauration. (Gestion des effectifs – barrière de la langue – manque de renouvellement des formations en hygiène….)

Après cette première expérience, j’ai travaillé en tant que qualiticien pour un grand laboratoire, très présent sur ce secteur HSSA.

Les problématiques étaient les mêmes mais à plus grande échelle.

Les missions étaient limitées aux prélèvements et aux  audits (qui variaient de 45 à 90 min).

J’ai, ainsi, découvert un autre maillon de la chaîne alimentaire et pas des moindres ! La matière première !

J’ai découvert cela en faisant des prélèvements à Rungis (POISSON et VIANDE et FROMAGE).

Une vraie course contre la montre, un souci perpétuel de qualité pour garantir une clientèle fidèle. L’importance du respect de la chaîne du froid etc.

Ce qui me plait dans le métier de qualiticienne et de responsable qualité, c’est :

  • d’être à l’écoute du professionnel et de lui apporter des solutions adaptées à ses besoins.
  • De mettre en place des procédures et de s’assurer qu’elles fonctionnent.
  • De former (sensibiliser) l’opérateur sur l’importance du respect des BPH ! car un produit sain, manipulé et conservé dans le respect des BPH est un gage de qualité !!

D’ailleurs, je pense, et j’en suis certaine, la qualité fidélise la clientèle. Du coup, il maintient ou augmente le chiffre d’affaire de l’exploitant. Et ceci, en plus, rend le client heureux !

 

Qu’est-ce que vous appréciez le plus, quand vous allez au restaurant ?

1. Etre bien accueillie par le (la) serveur(se)

2. Etre servie dans des temps raisonnables 20 25 min

3. Manger frais et de saison autant que faire se peut !

4. Et surtout ne pas voir les petits manquements aux BPH (blouse sale, pas de couvre-chef …) qui me font redouter les grands !

 

Pour terminer cette interview, quel est votre projet d’avenir, à part trouver un emploi bien sûr ?

🙂 Je ne me focalise pas sur un seul projet d’avenir mais j’aimerai beaucoup être des deux côtés du rideau, au four et au moulin !

C’est-à-dire avoir un petit restaurant en bord de mer, être un nez (un critique gastronome), devenir inspecteur à la dgccrf, et enfin diriger mon cabinet de consultants en HSSA… 🙂

 

Waouh !

Beaucoup d’ambition, c’est génial !

Il en faut car un « homme motivé n’a pas de limites » 😉 et une femme encore moins 😉

Et le monde a besoin qu’on se dépasse et se surpasse pour un monde différent mais surtout meilleur.

Bon courage dans la suite de tes projets et tiens-nous au courant 😉

À très bientôt

Avec plaisir 😀

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.